Quand faut il idéalement changer de voiture pour que ce soit toujours rentable ?

Avoir une voiture est une solution astucieuse pour les déplacements conséquents, pourtant elle devient moins valeureuse au fil du temps. En vue de disposer la meilleure sans trop se soucier des contraintes, surtout liées à l’entretien, la bonne fréquence pour changer de voiture dépend de l’amortissement et de la période parfaite entre autres.

Un prix de revente seyant pour pouvoir financer l’achat

Changer de voiture ne se fait pas tous les ans bien que le coût de la réparation devienne de plus en plus cher au fur et à mesure qu’elle date. Il est essentiel de trouver la période propice qui correspond à celui où le prix de revente permet d’avoir un apport entre 30% et 35 % pour le nouvel achat. De pareils taux sont atteints après environ 4 ans d’achat d’un véhicule neuf en se référant à la perdition de sa valeur à 30% la première année, laquelle s’appelle au fait une décote. Cette dernière est à 6% au bout de 3 ans et atteint les 8% à sa quatrième année. Ainsi, cette période convient pour changer de voiture afin d’éviter un dépérissement.

Un faible kilométrage pour une décote raisonnable

Le but dans la revente de sa voiture est d’attirer plus d’acquéreurs et elle se vend mieux avec un moteur moins ancien. Cette recommandation signifie, pour les acheteurs, trouver un véhicule ayant roulé environ 15 000 k par an. C’est-à-dire moins de 120 000 km pour un moteur à essence et 150 000 km pour un moteur diesel au moment de la revente. Voilà pourquoi la 4e ou la 5e année après son achat se rapporte bien à la période idéale pour changer sa voiture. Au-delà de ce kilométrage, le risque de la revente au meilleur prix est faible à cause des pannes susceptibles d’apparaître à tout moment. La fréquence pour changer de voiture doit alors s’y rapporter.

Le bon moment pour que la demande existe bel et bien

Cette fréquence pour changer de voiture n’est en effet pas rigide, car si le véhicule est rarement utilisé, il faut se repérer au kilométrage dont l’idéal serait dans les 60 000 km ou 70 000 km pour pouvoir trouver facilement un preneur. Ce dernier doit être effectivement dans le besoin et il l’est logiquement entre mars et juin. Explicitement, les 4×4, les véhicules du type familial et les décapotables sont les plus recherchés pour les belles saisons. Dans tous les cas, si on cède à prix compétitif la citadine  en septembre, la décote très élevée lors de la promotion d’un nouveau modèle mérite aussi toute l’attention.

Voiture sans permis : combien ça coûte ?
Tous les avantages d’une voiture hybride